Face à l’importance des phénomènes liés aux usages de drogues en Seine-Saint-Denis et à Paris, les deux Départements se sont engagés afin d’en réduire les risques sanitaires et sociaux tout en prenant en compte les conséquences en matière de tranquillité publique. Les actions mises en œuvre en lien avec les services de l’Etat, les institutions locales et les partenaires associatifs s’adaptent aux publics et aux contextes de consommation.

La salle de consommation à moindre risque  «  Espace Gaia »

Cliquez  pour le flyer ici et ici

La salle de consommation à moindre risque fête ses 3  ans (2019)

La première salle de consommation à moindre risque à Paris fête ses 2 ans

 

Les salles de consommation à moindres risques  sont des structures médico-sociales où des usagers de drogues en situation de précarité peuvent venir s’injecter ou inhaler des produits, qu’ils apportent eux même, sous la supervision de personnels qualifiés. La Loi de Santé du 26 janvier 2016 à l’article 43, a rendu possible l’ouverture de plusieurs salles en France. Le 17 octobre 2016 la première salle française de consommation à moindre risques (SCMR), portée par l’association Gaïa-Paris, a ouvert dans le 10ème arrondissement.

 

Le dispositif parisien est co-piloté par la Ville de Paris, l’Agence Régionale de Santé (ARS-DT 75)  et la MILDECA – 75. Conformément au cahier des charges national des instances de pilotage et de suivi accompagnent la mise en œuvre du dispositif  (un comité de pilotage, un comité de suivi transversal, un comité de voisinage et un groupe communication). La MMPCR pilote, pour la DASES, le comité de suivi transversal afin de suivre les phases techniques de l’expérimentation et la montée en charge du dispositif.

DÉCOUVERTE DE L’ESPACE GAIA

Le lien du flyer SCMR ICI

 

COMPRENDRE LES DEFIS ACTUELS

ET CONSTRUIRE ENSEMBLE DE NOUVELLES PISTES D’INTERVENTION

 

JOURNÉE EVENEMENT AVRIL 2016 / Usages et usagers de drogues à Paris et en Seine-Saint-Denis

Les consommations de produits psychoactifs évoluent, de nouveaux produits de synthèse se développent et les profils des consommateurs se diversifient. Afin de mieux appréhender le contexte actuel, la MMPCR a organisé en 2016 une journée d’échanges et de réflexions entre acteurs de la réduction des risques et professionnels en contact avec des personnes usagères de drogues afin de partager des connaissances et de tisser de nouvelles alliances. Cette rencontre a été organisé avec ses l’ARS Île-de-France, le CERMES3, l’association SAFE et le Forum Psychoactif.

Actes de la journée évènement débat du 15 avril 2016

 

JOURNÉE EVENEMENT NOVEMBRE 2018 / Études et recherches sur le phénomène de drogue à Paris et en Seine-Saint-Denis

La visibilité des consommations de drogues et des usagers en errance dans l’espace public mobilise actuellement l’attention des pouvoirs publics, des professionnels, des riverains et des médias. Afin d’apporter un éclairage scientifique sur ces phénomènes en évolution constante, la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques (MMPCR) a organisé, le 19 novembre 2018, une matinée-débat à la Halle Pajol (Paris 18e). Via la restitution de cinq études ou recherches récentes, un panorama des tendances actuelles a ainsi été dressé. Une initiative jugée nécessaire à l’heure où la visibilité des consommations de drogues et des usagers en errance dans l’espace public mobilise les autorités, les professionnels, les riverains et les médias, où de nouvelles pratiques émergent et où s’impose le besoin de développer des stratégies novatrices pour relever collectivement les défis posés.

 

  • « Nouvelles problématiques, nouveaux acteurs, nouveaux risques : quelles réponses des Caaruds du 93 ? » – Aude Lalande
  • « Crack à Paris et Seine-Saint-Denis – Evolution des usages, mobilité spatiale et espace public » – Marie Jauffret-Roustide Roustide, chargée de recherche Inserm – Cermes3 Chercheure associée à Santé Publique France
  • « Analyse chimique des résidus de drogues présents dans les seringues usagées » – Catherine Duplessy, directrice de l’association SAFE
  • « Tendances récentes et nouvelles drogues. » Derniers résultat à Paris et en Seine-Saint-Denis – Grégory Pfau, OFDT, Association Charonne
  • « La catastrophe invisible. Histoire sociale de l’héroïne » – Michel Kokoreff

 

Actes journée 5 études Phénomène drogues – Novembre 2018

 

L’ ACCÈS AU MATÉRIEL DE RDRD

A Paris, le Département soutient l’action de l’association SAFE qui met à disposition du matériel de prévention afin de limiter les risques de contamination (VIH, VHC…).

34 distributeurs offrent un accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à du matériel gratuit.